Zone de Texte:

 

info Lutzelhouse

Fêtes

Club Vosgien

Chasse

Citoyen

Faits divers

Gare et trains

Flash

Services

Calendrier

Bibliothèque

Bulletin Municipal

Galerie photos

Horaires trains

Inscription

 

 

Alsannuaire. 
Le moteur de recherche 100% alsacien.

 

    Info LUTZELHOUSE:

    l'écho des associations, et des loisirs, du village.

info Lutzelhouse:   3e symposium de sculpture

 

 

 

 

Sculptures et artistes     

 Aujourd'hui, la taille de la pierre est terminée, les oeuvres sont visibles, et leurs créateurs les ont quittées. Le symposium est donc terminé ? D'un certain côté, oui. Mais en réalité, les sculptures qui viennent de naître vont vivre pour des siècles au coeur des forêts, installées dans les lieux qui les ont inspirées.
 Huit artistes internationaux ont participé, sélectionnés sur le projet qu'ils ont proposé, venant d'horizons très divers, mais tous connus et reconnus dans le monde de la sculpture contemporaine.
 Tout d'abord, Anna Bem-Borucka, la blonde polonaise formée à la faculté de sculpture, puis à l'académie de Gdansk. Après avoir participé à de nombreuses expositions depuis 1980, Anna a présenté un ensemble de cinq dalles de grès qui, alignées, doivent laisser passer un rais lumineux dans leurs profondes encoches. Le site de destination est en forêt de Wisches.
 Ensuite vient Sylvain Chartier, sculpteur d'Oberhaslach formé aux Arts décos de Strasbourg,! mais aussi et surtout organisateur de l'événement au sein de l'association des Géants du Nideck. Sa sculpture, un « MARCEL » en cinq pièces de grès, en l'honneur d'un précurseur de l'art moderne, est installée près du Schliffstein, en forêt de Lutzelhouse.

Sa sculpture monumentale reprend un thème qui lui est familier
 

 Yukichi Inoué, lui, est bien né au Japon, mais s'est installé en France en 1966 pour suivre l'enseignement de l'Ecole supérieure des beaux-arts de Paris. Depuis, installé à Elancourt en région parisienne, il donne des cours à l'Ecole municipale d'arts plastiques de la ville. Il a participé à de nombreux salons et symposiums, reçu des distinctions et des prix, ainsi que des commandes publiques, telle que celle du Musée d'art moderne de Dunkerque. Sa sculpture monumentale en grès reprend un thème qui lui est familier, forêt d'arbres et nuages, et est destinée à reposer près de la maison forestière du Klein Wisches.
 Phili! ppe Ongena est belge, et sa formation est due à l'Académie royale des beaux-arts de Liège. En 1994, il fonde le groupe d'artistes Kercal pour la promotion de la sculpture monumentale sur pierre, et il a aussi organisé plusieurs symposiums de sculpture dans sa cité de Comblain-au-Pont. Son oeuvre, originale, est en granit, et habille le pied d'un arbre avec quatre quartiers ajustés. Une autre pierre vient s'appuyer sur un autre tronc d'arbre voisin, l'ensemble étant situé au bord de l'Eimerbach, en forêt d'Urmatt.
 Et puis, il y a Mircea Puscas, le Moldave, qui a vécu et étudié la sculpture en Roumanie et en Ukraine. Aujourd'hui, installé au Canada, il souhaite s'enrichir au contact d'artistes d'autres parties du monde. Sa composition en grès représente un groupe de trois silhouettes qui regardent dans la même direction, vers leur avenir ? Son ensemble restera à Lutzelhouse, près du Kegelplatz.
 Lambert Rocour est l'autre Belge du symposium. Lauréat de nombreux concours! , il a fréquenté salons, expositions et symposiums depuis 1982. Il a bénéficié d'acquisitions publiques à Liège ou Amsterdam, et figure dans plusieurs catalogues comme la Fiac à Paris ou l'Annuel de l'art au Bénélux. Il a réalisé un splendide menhir de plus de quatre mètres, travaillé entièrement de stries serrées, et qui est destiné au voisinage de la Grotte du Loup, à Urmatt.

Il polit l'intérieur des gorges
 

 Axel Wolf, né à Berlin, vit à Oslo depuis 1990. Plus intériorisé que ses collègues, Axel travaille le granit en de longues saignées profondes. Puis, pour capturer la lumière et jouer avec, il polit l'intérieur des gorges à n'en plus finir, jusqu'à obtenir des parois glacées comme des miroirs. Son oeuvre doit peupler le Kappelbronn, pas très loin du Schliffstein.
 Enfin, il y a Uldis Zarins, le plus jeune et le plus réservé de tous, mais peut-être est-ce la barrière de la langue... Uldis vient de Lettonie, et après avoir fréquenté l'! Académie des arts de Lituanie, il a réalisé des expositions dans plusieurs pays, de la Finlande à Israël, en passant par la Chine, la France et l'Allemagne. La pièce sculptée à Lutzelhouse représente une fort belle fermeture Eclair, partiellement ouverte. Son ouvrage en grès est de facture classique, réalisé avec rigueur et précision.
 Les deux premiers symposiums ont donné naissance à de beaux circuits, au long desquels on peut admirer les différentes oeuvres installées, l'un à Oberhaslach, l'autre à Wangenbourg. Pour cette troisième édition, chaque sculpture devient à elle seule un but de promenade, ou bien une heureuse rencontre au cours d'une randonnée. Chaque commune ayant sans doute à coeur de faire fructifier la valeur de ce nouveau patrimoine artistique et forestier...

A.G.

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 2.10.2007

 

 

 

Symposium de sculpture : C'est fini

 Tous les artistes sculpteurs participant au 3e Symposium de sculpture ont vu arriver la date fatidique du 20 septembre avec soulagement pour les uns, angoisse pour d'autres.
 En effet, après vingt jours d'efforts continus, le physique a tendance à se plaindre un peu, la fatigue est là. On ne se mesure pas impunément à des blocs de grès ou de granit de plusieurs tonnes !
 Donc, jeudi en fin de journée, les artistes rendaient leur copie, chacun présentant son œuvre à tour de rôle. Les sculpteurs ne sont pas forcément des grands communicateurs, mais dans les quelques mots prononcés, on pouvait sentir leur plaisir d'avoir participé à cette manifestation, et la satisfaction d'avoir créé une œuvre, souvent originale, destinée à peupler nos forêts pour des siècles. L'un d'entre eux n'a-t-il pas incorporé dans sa sculpture un message à destination des générations futures ?
 Dès hier, les travaux de mise en place des œuvres sur leurs sites respectifs devaient commencer et se poursuivre dans les jours à venir.

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 22.9.2007

 

© photos info Lutzelhouse

 

 

 

 

Des hommes et des cailloux

Huit artistes y opèrent. « La particularité de ce Symposium, c'est que les oeuvres seront installées dans la forêt, dans un cadre assez sauvage... » - le Belge Philippe Ongena a plutôt l'habitude des « cadres urbains ». Pour les Géants du Nideck, il a conçu une oeuvre s'intégrant parfaitement dans le décor grandiose de la forêt surplombant Lutzelhouse : une couronne en forme de galet éclaté qui entourera la base d'un arbre. « Les gens pourront s'asseoir dessus. Et même y dormir... », sourit-il.

« C'est assez dingue, ce qu'ils font... »

 Autour de lui, dans un rugissement de scie circulaire et autre marteau-piqueur, ses collègues s'activent. Les blocs de grès des Vosges se dressent, imposants, devant des silhouettes humaines recouvertes de poussière, qui encerclent, gravissent, façonnent pour finalement dompter ce grès si dur et si froid, bien que rose.

 A mi-chemin du Symposium - il reste dix jours aux artistes pour achever leur trava! il -, ce qui n'était qu'un bloc informe ressemble déjà plus à une oeuvre. Là, la « fermeture éclair » d'Uldis Zarins, un Letton peu loquace, prend forme. Ici, le « Marcel » gravé de Sylvain Chartier, l'organisateur, est presque prêt à être installé dans son champ. Axel Wolf polit sa pierre jusqu'à ce qu'elle brille comme la glace de sa Norvège natale. Les nuages du Japonais Yukichi Inoue restent invisibles. Les verticales d'Anna Ben-Borucka s'alignent, attendant le soleil. On devine les trois figures du Moldave Mircea Puscas, tandis que le Belge Lambert Rocour n'en finit pas de strier son menhir.
 Les sculptures prennent vie, dans un déluge de poussière et de bruit. « Il nous faudrait des assistants, soupire un artiste malicieux à la pause déjeuné. C'est vrai, quoi. Nous on a l'idée. Mais ensuite, n'importe qui peut le faire... »

 « Je viens tous les jours voir où ils en sont, en allant chercher mon pain. C'est assez dingue, ce qu'ils font », commente un habitant de Lutzelhouse, admiratif devant la performance. Et les habitants de Lutzelhouse et d'ailleurs sont nombreux à jeter un oeil curieux à ces fous qui affrontent des cailloux de 11 tonnes. Les interrogeant parfois sur leur démarche, leur parcours : rencontres inattendues autour d'un bloc de grès.

J. R.

Jusqu'au 24 septembre. 3e Symposium de sculpture contemporaine des Géants du Nideck. Atelier ouvert à Lutzelhouse (à côté du cimetière) toute la journée. Tél: 03 88 97 40 24.

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 14.9.2007

© photos info Lutzelhouse

 

 

 

 

 

Les artistes à pied d'œuvre

Sous un ciel gris et tourmenté, percé de quelques tièdes rayons de soleil, le cimetière de Lutzelhouse resplendit de fleurs et de granits polis. Calme, comme doit l'être un cimetière.
 En contrebas en revanche, à quelques mètres, tout n'est que bruit et fureur. Des hommes en chaussures et gants de chantier, recouverts d'une fine poussière rose, s'attaquent à des blocs de grès plus hauts qu'eux, à coups de marteaux-piqueurs et autres scies circulaires. Le bruit est assourdissant, la poussière attaque la gorge. Les artistes du symposium sont au travail, et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est physique.

« Des habitués qui viennent tous les jours »

 « Ils sont dix heures là-dessus. Ils sont fous, ces gars-là ! » s'exclame, un poil admiratif, le patron de Phil Terrassement, de Wisches, le dentellier de la grue. Depuis le début du symposium, il file un précieux coup de main (bénévole) pour déplacer les blocs de plusieurs tonnes. «!  Nous, on ne voit rien sur leurs cailloux. Mais eux, ils regardent tellement leur pierre qu'ils la connaissent par cœur. Ils savent exactement où elle va se fendre. C'est incroyable ! »
 

 En cette fin de première semaine - les artistes ont jusqu'au 20 septembre - les œuvres commencent à ressembler aux projets annoncés. « On a dû commencer par dégrossir, enlever tout le surplus de pierre », explique Sylvain Chartier. De son « Marcel » qu'il a prévu d'installer dans un champ, déjà quatre lettres sont tracées. En début de semaine, quelques ondées ont obligé les sculpteurs à employer le système D et quelques bâches pour poursuivre leur travail.

 De temps à autre, quelques curieux déambulent entre les pierres, en se gardant de ne pas trop s'approcher des engins coupants et vrombissants. « On n'a pas vu beaucoup de monde, relate Sylvain Chartier, mais on a quelques habitués qui viennent tous les jours pour voir la progression de notre travail. » Tel ce monsieur qui prend chaque jour des photos pour les artistes. « Je suis venu pour installer la tente, et j'ai trouvé ça super. » D'autres connaissent les deux sentiers de sculpture déjà existants, et viennent voir la genèse d'une œuvre. Certains enfin cherchent à discuter avec les artistes. « Mais ils travaillent, et la barrière de la langue n'aide pas », même si plusieurs parlent français.
 De leur côté, les artistes semblent également ravis, mais fourbus. « Le soir, la douche et un bon repas sont les bienvenus », confirme Sylvain. Les huit artistes partagent la même auberge, à Oberhaslach. « C'est un super symposium », témoigne de son accent roulant la Polonaise Anna Bem-Borucka, seule femme de ce programme. Une seule appréhension : ne pas parvenir à finir à temps.

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 9.9.2007

    © photo info Lutzelhouse

 

Coup d'envoi

Enfin, le coup d'envoi du 3e Symposium de sculpture a été donné, à la date prévue du 3 septembre, par Henri Gérard, maire de Lutzelhouse.
 Après s'être beaucoup dépensé pour que cette manifestation existe, il avait lundi soir le plaisir de présenter les huit artistes internationaux qui vont œuvrer pendant trois semaines devant le public. Lequel pourra librement les observer.
 Alain Ferry, le député-maire de Wisches, a tenu à être présent ainsi que les conseillers généraux, Alice Morel et Frédéric Bierry, Pierre Grandadam, président de la ComCom Haute-Bruche, qui a beaucoup aidé au projet, et pratiquement tous les maires ou adjoints des communes de la ComCom.

 Il est aussi important de signaler que les entreprises qui apportent leur contribution étaient présentes, en particulier la société Würth dont l'action de mécénat est bien connue.
 Puis Sylvain Chartier, la cheville ouvrière de l'opération, a brossé un portrait rapide de chacun des artistes sculpteurs, venant de Pologne, Norvège, Lettonie, Belgique ou Japon. Certains ayant déjà mis la main à la pâte, sans doute pour découvrir et « sentir » le bloc de matière qui leur était proposé.

 La pluie était de la partie, et des abris ont été montés pour que les sculpteurs puissent travailler au sec. Mais sans doute peut-on pronostiquer, en paraphrasant le dicton appliqué aux mariages : « Premier jour pluvieux, Symposium heureux » !

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 5.9.2007

 

    © photos info Lutzelhouse

 

 

 

 

Tonnes de pierres

A quelques jours de l'inauguration du 3e Symposium de sculpture contemporaine à Lutzelhouse, l'organisateurs Sylvain Chartier recevait mercredi les pierres utilisées par les artistes.
Et il ne s'agissait pas de vulgaires galets, mais des blocs de grès des Vosges de la meilleure qualité, pesant plusieurs tonnes, 11 pour la plus lourde. Les huit pierres - une par artiste - proviennent de trois carrières de la région: Champenay, Senones et Rothbach. Sylvain Chartier, lui-même sculpteur sur pierre, avait choisi un à un chacun de ces blocs.
Pour les installer sur le site du Symposium (entre l'école et le cimetière), des manoeuvres spéciales ont été nécessaires. Une grue spéciale de l'entreprise Alsacienne levage manutention soulevait les blocs, avant de les reposer délicatement sur les pilotis installés au préalable. Une gymnastique qui n'a pas été sans intriguer les habitants du village, puis quelques enfants de l'école voisine. Et ce n'est que le début du spectacle...

Du 3 au 24 septembre. 3e Symposium de sculpture contemporaine à Lutzelhouse. Inauguration et présentation des artistes lundi à 18h. Puis, pendant trois semaines, les artistes sculpteront leurs oeuvres sur place. Ouvert à tous.

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 31.8.2007

 

 

 
 

 

 

 

 

L'atelier à Lutzelhouse

Le programme du 3e symposium de sculpture, organisé par l'association de Niederhaslach «les Géants du Nideck», avance... Dernière décision en date: l'atelier de sculpture s'installera à Lutzelhouse, du 3 au 24 septembre.

 Après avoir connu des moments de doute, la troisième édition du symposium de sculpture contemporaine des Géants du Nideck reprend du poil de la bête. Les artistes seront installés à Lutzelhouse du 3 au 24 septembre. Sur place, les curieux pourront admirer leur travail et leur technique, leur poser des questions, comme lors des éditions précédentes.

 C'est désormais officiel, le sentier passera par Wisches, sur la demande expresse des élus du village. Deux des huit sculptures seront installées sur le territoire de la commune. Ce qui a conduit les élus de Wisches à valider la participation de leur village au symposium, à hauteur de 5 000€, décision prise par les élus jeudi soir. Wisches prêtera également son chapiteau pour la tenue de l'atelier sculpture.

Une subvention

 Au registre des bonnes nouvelles, la communauté de communes de la haute vallée de la Bruche a également voté une subvention de 6 000€ pour la manifestation.

 Malgré tout! , si la tenue du symposium semble désormais assurée, l'installation des sculptures sur le sentier pourrait être repoussée à l'année prochaine. Les œuvres attendraient donc les nouveaux budgets sur le terrain de l'atelier, à Lutzelhouse.

J.R.

 

© Dernières Nouvelles d'Alsace - 7.8.2007

 

 

 

Evasion garantie avec l'ALE



Débutants et faux débutants
Vous voulez apprendre ou réviser l'anglais ? Vous trouvez que les cours auxquels vous avez participé étaient laborieux et/ou difficiles ?
D'autres débutants vous attendent pour commencer, alors contactez-nous !

Autres niveaux
Vous avez des connaissances et vous souhaitez les approfondir grâce à l'oral, l'écrit et la lecture.
Au programme cette année : l'investigation avec Sherlock Holmes, la culture et l'humour avec « Goodness Gracious Me » et bien d'autres...
Les cours commencent le mercredi 12 septembre à 19h30 au 53, rue Principale à Lutzelhouse. Venez nous rejoindre !

Quelque soit votre niveaux, vous participerez à 40 cours tout au long de l'année pour la somme de 150 € + la cotisation à l'ALE.
Pour plus de renseignements contactez l'association au 03.88.47.32.52 ou lutzelhouse.evasion@free.fr

A bientôt,
--
Association Lutzelhouse Évasion
53, rue Principale
67130 Lutzelhouse
lutzelhouse.evasion@free.fr
03.88.47.32.52

 

 

 

 

Pour vous abonner à info Lutzelhouse

ils vous suffit d'envoyer, vos coordonnées à:  Inscription

faites passer le message !

 

    Info LUTZELHOUSE: à l'écoute des associations, et des loisirs, du village

    Association Bruche Contact